Coffrage et coulage d'un linteau 

    

Coffrage et coulage d'un linteau 

  • Le linteau étant la partie supérieure qui maintient la maçonnerie au dessus d'une ouverture, porte ou fenêtre, la réalisation d'un coffrage pour cet ouvrage implique de travailler en hauteur, donc à partir d'un échafaudage sécurisé fixe ou mobile. Commencez par réaliser deux étais destinés à soutenir les extrémités du coffrage. Dès leur mise en place contre chaque mur, contrôlez l'horizontalité de la barre de soutien et leur parfait aplomb l'un au regard de l'autre. N'oubliez pas de prévoir pour leur hauteur utile, l'épaisseur d'une planche afin d'amener le fond du coffrage exactement au niveau du seuil des logements.
  • Découpez les planches aux dimensions du chantier et mettez-les en place pour constituer la base du coffrage. Remarquez les deux logements pratiqués dans l'épaisseur des murs : ils serviront d'assise au linteau. Le coffrage s'arrête donc au ras afin que le béton remplisse entièrement la cavité dans laquelle seront logés les extrémités recourbés des fers de l'armature métallique.
  • Clouez ce plancher sur la barre de soutien des étais puis élevez à l'équerre, la paroi verticale opposée. Celle-ci aura été renforcée en son milieu par l'ajout d'une planche verticale coupée à la hauteur prévue du coffrage. Effectuez les contrôles de niveau.
  • Le coffrage constituant une sorte de négatif de l'ouvrage coffré, pensez à fixer un tasseau intérieur dans ce coffrage, si vous avez prévu une feuillure dans la base du linteau pour le dormant supérieur de la porte. Ainsi les planches de sapin, utilisées brutes de sciage et qui sont le matériau idéal pour ce type de travail en portée, laisseront sur le béton une empreinte plus ou moins marquée. Mais rabotées sur leur face intérieure, elles donneront alors des surfaces lisses à l'ouvrage.
  • À ce stade de l'ouvrage, il peut être plus facile de mettre en place le ferraillage intérieur conçu aux cotes et le caler à une équidistance de 20 mm des parois du coffrage. Dans ce cas, enduisez les faces intérieures avec de l'huile de décoffrage (évitez l'huile de vidange qui tache le béton) avant de procéder à la mise en place de l'assemblage. Le calage demande souvent un peu d'imagination surtout qu'il faut s'assurer qu'il reste parfaitement en place lors du coulage du béton.
  • En fonction des dimensions de l'ouvrage à réaliser, ne lésinez pas sur les moyens de le renforcer afin que sa forme dont vous aurez contrôlé l'équerrage, demeure stable en tous points sous la pression du béton.
  • Une fois le ferraillage en place et le coffrage terminé, mouillez généreusement l'ensemble. Cette opération est indispensable afin que le bois n'absorbe pas l'humidité du béton, ce qui changerait sa résistance en l'altérant.
  • Coulez le béton dans le coffrage à l'aide d'une pelle ou d'un seau et, sans déplacer l'armature, facilitez sa répartition à la truelle afin de ne pas créer de vide et que la matière adhère bien aux fers de l'armature.
  • Terminez l'opération en frappant les parois latérales du coffrage avec une massette ou un marteau lourd afin de faire remonter à la surface, toutes les bulles d'air que le maniement du béton a enfermé dans sa masse et qui seraient autant de facteurs d'affaiblissement de ses qualités. Cette opération est indispensable, c'est ce qu'on appelle le vibrage .
  • Il vous reste à effectuer le lissage de la surface du béton au niveau des bords supérieurs des parois du coffrage avec une truelle. Attendez plusieurs jours* avant d'enlever le coffrage car sa partie inférieure, suspendue dans le vide, soutient la plus grande partie de la masse du béton qui constitue le linteau. Un retrait trop rapide soumettrait l'ouvrage à un étirement inutile, susceptible d'altérer sa résistance, le béton n'ayant pas suffisamment pris.
Ce temps est fonction de l'épaisseur de l'ouvrage, des conditions climatiques et de la température.
  • Procédez au décoffrage avec précaution afin d'éviter toute détérioration de l'ouvrage. Marteau de coffreur (à panne fendue) ou pied de biche sont très utiles surtout si on désire récupérer des éléments.
  • Le linteau est terminé et sa résistance lui permettra de supporter le poids du mur à élever au dessus, protégeant ainsi les huisseries à poser dans l'ouverture, qu'il recouvre.



Devis maçonnerie en ligne                      samedi 16 mai 2015